Qu’est-ce que le bonheur ?

Mon cours sur le bonheur était structuré ainsi :

1°) Construction progressive de l’idée que le bonheur semble être le but fondamental de l’existence (à partir de la notion d’action, puis de l’idée que les actions seraient motivées par des désirs [théorie humienne de la motivation], qui eux-mêmes seraient tous orientés vers une seule fin : le bonheur).

2°) Définition du concept de bonheur comme état qui nous fait porter un jugement favorable sur la vie. Distinction entre le bonheur, le plaisir et la joie.

3°) Problème central du cours : le bonheur consiste-t-il dans le plaisir ? Examen de la position de Calliclès dans le Gorgias, de la conception épicurienne du bonheur, et des critiques de l’hédonisme (la machine à expérience de Nozick, l’idée que l’homme désire en fait essentiellement la puissance (texte d’Alain)).

4°) Remise en question du point de départ du cours : le bonheur est-il vraiment le but fondamental de l’existence ? Examen des conflits entre le bonheur et l’exigence de vérité, entre le bonheur et l’exigence de liberté, entre le bonheur et l’exigence morale.

Suivre les commetaires avec le flux RSS 2.0. Les commentaires et les pings sont actuellement fermés

Les commentaires sont fermés.